mercredi 9 avril 2014

Revenu


L'idée première n'était pas d'écrire une note sur ce sujet mais je suis tombée sur un article et j'ai décidé de le partager avec vous .

Voir l'article ici. 

Comme le nom de ma note l'indique, le sujet de l'article est le revenu .. des français.

Beaucoup de chiffres, de moyennes et de calculs mais au final toujours le même constat , en tout cas pour notre famille....

Nous sommes considérés comme "pauvres" !!

Sur le tableau des " niveaux de vie selon le type de famille " nous nous situons bien en dessous de la moitié du  revenu médian ; nous sommes donc pauvres!!

PAUVRE n'est qu'un mot sur un papier ....

Au quotidien, nous ne vivons pas avec le sentiment de faire partie des pauvres de notre pays. Nous vivons selon nos moyens. Nous sommes heureux et en plus ou moins bonne santé; c'est ça notre vraie richesse.

Ne voyez rien de pessimiste dans cette note. Au contraire, cela m'amuse de voir que je déjoue tous les pronostics et que je suis "riche" alors qu'on me considère "pauvre" .

Et vous, où vous situez-vous ??
Cela reflète-t-il la réalité ?

Bon mercredi à tou(te)s ..

17 commentaires:

  1. bonjour, je te lis depuis plusieurs mois mais c'est la première que j'écris un commentaire.. Surprise de constater que je fais partie des pauvres ....Ici, aussi ,on vit selon nos moyens, c'est parfois compliqué mais on s'en sort! Merci pour tous tes trucs et continue!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bienvenue alors et merci pour tes encouragements !;-))
      au plaisir d'échanger à nouveau
      ;-))

      Supprimer
  2. Bjr. Nous nous situons dans "classe moyenne" que nous soyons deux sans enfant ou deux avec 2 enfants ??? Mais bon il faut bien des critères et des paliers. Continuant de régler certaines factures (des deux enfants) bien qu'ils soient chacun chez eux ... hum hum je considère donc qu'ils sont là sans l'être.

    Le rapport à l'argent est bien différent selon les personnes, les cultures, l'éducation et il est très difficile d'y mettre des normes. Moi par exemple, je pourrais gagner 5000/mois dés demain, je serais toujours aussi angoissé à l'idée de me retrouver un jour sans rien. Donc je vivrais en mettant un maximum de côté "au cas où".

    J'ai été considéré comme "pauvre" statistiquement lorsque j'étais seule avec mes deux enfants (il y a + de 17 ans), à l'époque je rentrais dans cette case "pauvre" car il me restait 14francs par jour pour nous nourrir à trois soit 2.13e. Aujourd'hui se n'est plus le cas alors pourquoi avoir toujours cette sensation de manquer un jour ? Et de faire toujours très attention ? Je suis comme cela, je déteste gaspiller et pourquoi utiliser a outrance si l'on pas besoin ? Ou payer plus cher alors que l'on sait que l'on se fiche de nous ?

    Mais comme tu le dis PSoeur, c'est quoi être pauvre ou riche ? Selon si l'on se place d'un point de vu humain ou matériel cela n'a plus rien à voir. Mais avoir de quoi subvenir à sa famille enlève, tout de même, bien des soucis. Et la vie est tout de même plus tranquille.

    A+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis d'accord avec toi; il faut un minimum pour vivre mais c'est comme pour tout , nous évaluons chacun différemment ce minimum
      :-)

      Supprimer
  3. On fait dire ce que l'on veut aux chiffres ... la réalité sur le terrain est parfois si différente !
    Au delà des salaires, il faut surtout considérer les dépenses auxquelles on ne peut se soustraire : enfants étudiants, parents âgés en maison de retraite, aléas de la vie etc ...
    Maintenant la question est : l'argent fait-il le bonheur ? en partie, certes, mais le matériel n'est rien en comparaison de la santé par exemple ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " l'argent ne fait pas le bonheur mais il y contribue " ;-))

      Supprimer
  4. idem qu'orchidée, j'ai été pauvre, très pauvre même à vivre ds des endroits pourris et à me nourrir avec moins de dix francs par jour. puisj'ai beaucoup gagné. puis je me suis pris la crise ds la tronche . puis je gagne de nouveau bien ma vie .
    il n'y a qu'une chose qui est constante c'est la peur de manquer .
    celle qui te fait passer des nuits blanches et pleurer de honte. celle qui te fait te lever la nuit pour vérifier le contenu de ton frigo.
    alors aisé, pas aisé, revenu médian …. du moment que j'ai un toit, un frigo que je peux remplir et de quoi me soigner en cas d'imprévu …

    RépondreSupprimer
  5. Moi, j'ai un travail à mi-tps et je suis aussi dans la catégorie "pauvre" mais je ne me pose pas la question au quotidien, j'essaie toujours de faire ce dont j'ai envie mais toujours en fonction de mon budget. Après je n'ai pas non plus des envies extraordinaires, je crois que la pauvreté n'est pas vécu par tout le monde de la même façon .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une lectrice de la Réuniondimanche, 13 avril, 2014

      Bonjour Phyllis Morgane,
      J'ai lu tous vos articles sur votre blog et j'ai voulu laisser un commentaire mais je n'ai pas pu le faire comme pour le blog de petite soeur. où j'utilise la catégorie Nom/URL....
      Je me permets donc de répondre ici pour vous dire que j'ai beaucoup aimé vos changements de déco (les couleurs, les idées à petits prix...) et que j'ai de l'admiration pour tout le travail que vous fournissez :-)
      A bientôt !!

      Supprimer
  6. Je fais partie moi aussi avec mon mari de la classe "pauvre".Et même si on fait avec, il est parfois très dur de relever la tête quand les imprévus ,les hausses ,les envies de faire plaisir à son enfant vous plombent le budget déjà serré voire anorexique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. gérer un budget serré n'est pas chose aisée mais je pense que nous avons développé des capacités à rebondir et gardé sous la main des astuces parce que c'est notre quotidien.

      Supprimer
  7. bien sur que l on peu t etre heureux meme pauvre mais peut on donner un avenir a ses enfants de qualité (etudes,culture vacances.....)il ne vous en aimerons pas moins
    et lorsqu arrive les pepins santé chomage.....la vie devient impossible
    et a la retraite les premieres années on peut compléter jardin brocante mais avec les années tout cela deviens difficile et pour ne pas etre a la charge des enfants il faut avoir des revenus suffisants

    RépondreSupprimer
  8. J'aime beaucoup cet article, Petite Soeur ! Je te rejoins parfaitement dans cette vision optimiste de la vie, déconnectée des notions de pauvreté ou richesse. Ce sont nos besoins, nos envies, notre train de vie... qui fait que nous nous considérons comme riche ou pauvre.

    Le nôtre est très modeste et c'est très bien comme ça. Résultat : je suis bien surprise de voir que nous sommes pauvres sur le papier parce que je n'ai pas l'impression de manquer de quelque chose. Nous avons une famille unie, la santé, les amis... nous sommes riches de cela et ça nous va très bien.

    Cependant ce qui nous pèse, ce n'est pas ce que nous avons à la fin du mois, c'est la précarité professionnelle dans laquelle nous sommes actuellement... et ça, c'est plutôt angoissant car notre capacité à se débrouiller avec ce qu'on a n'est pas illimitée...
    Bonne continuation et merci pour ce sujet !

    Odile

    RépondreSupprimer
  9. Dégoûté ... Avez vous entendu ce matin aux infos ? Le paiement retroactif de nos factures d'électricité ?

    Voici l'article que j'ai trouvé. http://actu.orange.fr/france/tarifs-d-edf-retoques-royal-juge-la-decision-tres-regrettable-afp-s_2932704.html

    Sympa comme nouvelle pour ce w.end. Bref, une fois de plus sortons les calculettes et faisons les comptes.

    B. W.end tout de même.

    RépondreSupprimer
  10. je n'avais pas entendu mais je viens de lire l'article ;-((
    j'suis aussi dégoutée que toi !!

    le W.E commence bien .. pfft !! ^^

    RépondreSupprimer

bienvenue et merci de faire de ce lieu, un lieu d échanges et de partage. Je précise toutefois, que j ai le dernier mot concernant la publication ou non de votre commentaire.