mardi 16 février 2016

la simplicité d'une journée



C'est dans la simplicité des jours que je trouve mon contentement. Je n'ai besoin de rien d'autre que ce que j'ai déjà. Et j'en ai déjà de trop vu que j'épure un peu la maison...^^

Autant que possible, je fais avec ce que nous avons à la maison. Quelques exemples des jours-ci..


  • C'est une très bonne idée que d'avoir une petite pharmacie à la maison. La rage de dents de Papa a pu être partiellement calmée, avec les médicaments qu'on a, jusqu'à sa visite chez le dentiste. 
  • Notre petite cane pond maintenant presque un œuf chaque jour et le nombre d’œufs de poules est en augmentation. Je fais donc un peu plus de préparations. 
  • J'ai utilisé l'eau de cuisson d'une "andouille" pour cuire mes lentilles. ça donne un petit plus...
  • Cet aprés midi : cueillette de pissenlits dans notre terrain. Une bonne salade avec des oeufs en perspective pour ce soir. 
  • j'apprécie de plus en plus de manger les conserves faites maison. C'est vrai! avant, je ne prenais pas la peine de descendre à la cave pour utiliser un bocal dans une ou l'autre de mes préparations. Maintenant, en dessert, on savoure de plus en plus les bocaux natures. Surtout les fruits au sirop. 
  • Depuis le 22 du mois dernier, le montant des courses s’élèvent à une soixantaine d'euros. 61€ pour être précise. Pas mal pour uniquement l'alimentaire. 

Aujourd'hui, un peu de repos, la préparation des repas, tenir la permanence de la bibliothèque, terminer mon défi "25 à 25 "( encore 8 à trouver ! ) , recevoir quelqu'un à manger ce soir.
Un jour d'une grande simplicité ...






15 commentaires:

  1. comme ça fait du bien de lire ce que tu viens d'écrire, de voir qu'il existe encore de vrais gens qui vivent une vraie vie. Marie

    RépondreSupprimer
  2. Chez nous aussi, j'utilise le plus possible ce que l'on a à la maison mais en ce qui concerne les courses, j'ai du mal à baisser le montant qui tourne autour de 80 euros par semaine! Et encore, j'ai diminué.... mais quand je te lis, j'ai encore du chemin à faire...et je ne suis pas certaine d'y arriver... Il m'arrive d'avoir l'impression que je n'y arriverais jamais. Comment fais tu ? Tu es 1 magicienne!!!!!
    Continues en tout cas et c'est toujours un plaisir de te lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu y arriveras.. c'est une question de temps; Je ne suis pas arrivée à ce stade d'un coup de baguette magique ( ça aurait été trop facile !! lol !!) c'est la suite logique de tout les changements que l'on a effectué ces dernières années. je me rends compte, là en t'écrivant, du chemin parcouru, je n'y avait pas prêté plus attention avant... ouah, c'est sûr on en a fait du chemin depuis..
      bon courage et surtout reste toujours positive
      ;-))

      Supprimer
  3. Et bien chez moi aussi les journées sont d'une simplicité que j'apprécie. Aujourd'hui nous sommes allés chercher le pain à pieds avec les trois derniers. Puis cet après midi ballade d'une heure et demi en rentrant goûter avec une brioche faite le midi et de la confiture maison. Ce soir un velouté de légumes avec ceux du potager omelette avec les oeufs de nos poules avec des pdt au four ;-))( ces dernières viennent d'une ferme voisine où l'agriculteur ne traite que très peu) une salade et un yaourt maison... J'adore les journées comme celle là!
    Magali

    RépondreSupprimer
  4. Mais journée bien occupée aussi
    Comme la mienne; fatiguée... bonne nuit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. même pendant la saison "morte" les journées sont chargées...^^
      ;-))

      Supprimer
  5. Comme j'aimerais pouvoir en faire autant. Mais nos vies ne sont pas comparables en tout point. Dés fois, j'aimerais tout lâcher et ???? partir ????
    J'ai l'impression de ne pas vivre assez "simplement" et de me laisser parfois dépasser. Pourtant j'ai déjà pas mal élagué autour de moi. Mais j'ai encore du chemin mais cela me fait peur quelquefois.
    Le boulot me bouffe encore de trop et j'ai encore tendance à beaucoup m'angoisser pour mes enfants bien qu'ils soient grands.
    Bonne nuit à toutes et tous. Bon mercredi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je te le souhaite également
      ;-))

      Supprimer
    2. je vous sens très fragile Orchidée. vous me faites penser à quelqu'un que je connais très bien ...
      il y a quelques années c'était exactement les premiers symptomes ressentis,on est très vite débordé pour un rien , fatigué , irritable, triste, mare de tout ,on persiste , on dit ça va passer , on tient bon jusqu'au jour ou ça déborde ...
      alors là oui c'est tout lâcher???? partir????
      ÊTRE COMPRISE et être aidée
      et dans cette situation il faut l' être et surtout compris par son entourage, trouver les bonnes personnes , on peut remonter la pente .il faudra du temps car parfois on rechute .mais il ne faut pas lâcher, facile à dire vous allez dire ,mais sincèrement je sais de quoi je parle.
      on est entrée dans se système de consommation on sais crée des besoin sans ,sans rendre compte jusqu'au jours on se sens encombré dans notre vie dans notre tête et on aspire à autre chose
      VIVRE SIMPLEMENT
      EN ACCORD AVEC NOUS MÊME

      courage Orchidée .
      Thalie

      Supprimer
    3. Comme je te comprends Orchidée,moi aussi j'ai tendance à m'angoisser pour mes enfants, et c'est justement parce qu'ils sont grands qu'on angoisse car ils ne sont plus sous notre contrôle, et du coup il faut qu'on accepte de ne pas pouvoir tout maitriser. C'est un travail à faire sur soi même. Mais tu vas voir que le petit enfant qui va arriver va t'apporter un regain d'énergie et un bonheur qui t'aidera à relativiser tout cela. En attendant, je crois que tu as besoin de vacances et de te recentrer sur toi.Dommage qu'on soit loin, tu viendrais boire un café (ou un thé) et on échangerait sur tout çà. Allez, courage, et bisous.

      Supprimer
  6. Une vie de femme et surtout de mère est en 2 parties: avec "eux", puis sans "eux"...

    Mère de 4 grands enfants je comprends cela
    Ils restent nos enfants mais ce sont maintenant des adultes faisant leurs choix, choix qui ne nous regardent plus...

    Plus un peu de ménopause par là-dessus et le moral nous joue des tours...

    Il faut apprendre à devenir égoïste, faire des "choses" rien que pour soi ( même et surtout aussi sans le mari !), et aussi SAVOIR LEUR DIRE NON quelquefois.
    Ce n'est pas facile; cela m'a pris pas loin de 10 ans... Mais à 60 ans c'est la vraie liberté
    Et puis on est beaucoup plus enfin soi-même
    Et on peut aussi y arriver avec de petits moyens

    Courage Orchidée

    RépondreSupprimer
  7. Merci à toutes.
    Vous savez, j'ai déjà pas mal avancé cela fait quelques années que je travaille sur moi. Et j'ai appris à dire "non". Difficile effectivement de ne pas culpabiliser (au début) alors que je disais toujours "Oui". Mais aujourd'hui, ça va j'assume sans problème. Je me rend compte que cela est plus difficile pour mes collègues (qui n'ont toujours pas compris le changement) et mes enfants qui eux ont compris (+ ma grande que mon grand).
    Mais je sais que j'ai un terrain "avec des hauts et des bas" et ma nature est pessimiste cela n'aide pas. Mais j'y travaille.
    Et comme le dis PatDub, le fait de monter d'un grade dans la famille va certainement me faire voir les choses différemment.
    Je m'occupe de + en + de moi ... mais pas encore assez de mon homme. Le pauvre entre moi qui suit une pile, toujours en formation et en action, les enfants qui sont omniprésents "à travers moi". Je ne sais comment il tiens.
    Merci à vous de votre écoute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute qu'il t'aime, ton homme...

      Supprimer

bienvenue et merci de faire de ce lieu, un lieu d échanges et de partage. Je précise toutefois, que j ai le dernier mot concernant la publication ou non de votre commentaire.